BrèvesCat ActuThéâtre

Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne avec Catherine Hiegel au théâtre de l’Archipel.

194 Views

Une silhouette surgit dans la pénombre, Catherine Hiegel, c’est une voix, une intonation,  une présence, un aplomb qui avant d’entrer en scène “écoute” la salle, déployant une énergie débordante qui a su emmener avec beaucoup d’humour le public.

L’ancienne doyenne du temple de la comédie française excelle dans ce rôle de conférencière figée, vêtue d’un habit noir avec une simple collerette blanche, rigide qui énumère les différentes étapes de la vie. De la naissance en passant par le baptême, les fiançailles, le mariage et la mort. Avec des mimiques, des intonations et un débit en convoquant régulièrement le poète Victor Hugo.

Elle s’empare du texte de Jean-Luc Lagarce inspiré de l’ouvrage de la baronne Cheffe en 1889 pour en substituer toute l’ironie mordante. Elle est seule en scène dans un décor dépouillé autour de trois tables en mouvement dans un appartement où elle ne cesse de répéter les préceptes en interpellant le public.
“Naître et mourir c’est facile mais vivre entre les deux c’est plus compliqué, à moins d’appliquer les règles les codes, la bienséance garant du pouvoir conservateur.”

Jean-Luc Lagarce était fasciné par les rapports de classe, l’emprisonnement et a rajouté son grain de sel dans cette comédie humaine réglée sur les conseils de la baronne ” C’est ainsi que cela n’en finit jamais de se passer”, le personnage commente sans engager le sentiment, ce qui fait le charme de ce monologue.
Une conférencière  bourgeoise qui essaie de faire comprendre toute la stupidité et ce qui a de dérangeant dans les traditions ( le choix des prénoms dans le calendrier des saints, des listes stupides, des règles que l’on s’impose par peur des sentiments… On y apprend aussi des mots comme lophophores.
Un texte profondément amusant et sarcastique qui transporte le public avec subtilité et intelligence donnant  matière à réflexion.
La salle du théâtre de L’Archipel a affiché complet les deux soirées confirmant ainsi  la continuité d’une belle saison culturelle.