BrèvesCat ActuUNE

Le festival “Aujourd’hui Musiques” à L’ Archipel une odyssée sonore musicale, onirique qui réenchante le monde.

698 Views

Remettre le geste artistique et le public au cœur du projet est un des éléments indispensables du 31ème festival “Aujourd’hui Musiques” qui se déroulera du 3 au 19 novembre 2023.
25 concerts et 168 représentations avec des jauges de 100 personnes.

Une édition ouverte à la richesse et à la diversité de la création musicale avec des tarifs abordables et solidaires, comme le précise la directrice, Jackie Surjus-Collet à la tête de ce vaisseau lors de la conférence de presse qu’elle a souhaitée plus conviviale que protocolaire. Animée du désir de créer des œuvres internationales dans un souci d’équilibre avec les artistes d’ici et d’ailleurs, porteurs de magnifiques créations.
Une belle rentrée pour l’Archipel qui a démarré avec des jauges pleines, un public enthousiasmé qu’il faut fidéliser au fil du temps en proposant une palette pour tous les publics.

Fort de ses liens de proximité avec les artistes, ce festival “Aujourd’hui Musiques” ne cesse de creuser la créativité et la rencontre avec autrui, exprimée sous différentes formes, visuelles et sonores, récitals, concerts d’ensemble, théâtres, la musique qui rencontre la danse, des performances…

Sous la verrière d’accueil de L’archipel 9 concerts de 30 minutes en entrée libre avant les spectacles qui sont inspirés de halls de gares avec des pianos, le bar ouvert, en toute convivialité.
De l’art numérique en poésie avec les créateurs de Mirages, Miracles pour une“dernière minute” qui questionnent un moment de bascule.

Deux parcours en accès libre proposant des séries d’affiches “Faune” dans les quartiers de la ville dans un jeu de piste légèrement dadaïste à parcourir en famille.
Du théâtre musical ” les cahiers de Nijinski” en présence du célèbre acteur fétiche de Leos Carax, Denis Lavant, une immersion dans l’univers peuplé de démons mais aussi de beauté du chorégraphe devenu fou.
Une expérience collective assez drôle sur les identités multiples “Qui m’appelle ?” de Maguelone Vidal.
Un travail de l’image sans l’illustrer en mettant en relief les sons et les pulsations avec le duo “Piano, piano” Adrien Mondo et Babx qui travailla avec Domnique A…

“Diffractions” Un voyage de l’écoute qui traverse un siècle de musiques inspiré d’un essaim d’abeilles qui rend visibles les notes grâce à la talentueuse plasticienne Justine Emard.
L’ensemble Flashback pour un concert où sont mêlés sons et musiques électroniques.
Ne parlons pas des récitals au lever et au coucher du soleil qui sont particulièrement appréciés du public. Ils ne restent que quelques places en soirée.

Le festival clôture en beauté au son de la culture de la Grande Bleue, “Méditerranée sacrée” une odyssée qui rend hommage à l’antiquité grecque.
Éveillons tous nos sens et notre sensibilité face au chaos du monde grâce à l’art dans toute sa plénitude en créant un espace de communication qui permet de combattre.
Il est bien aussi de s’enivrer de la beauté de l’éphémère.