Visite gratuite du musée Rigaud pour l’exposition ” Portraits de Reines de France”

86 Views

Portraits de reines de France (1630-1665)
> Jusqu’au 14 mars 2021
Jusqu’en mars 2021, les œuvres de Hyacinthe Rigaud sont exceptionnellement prêtées au musée national du château de Versailles et Trianon pour la première exposition consacrée à Hyacinthe Rigaud (1659-1743),Portrait soleil
À cette occasion le musée national des châteaux de Versailles et Trianon et le musée d’art
Hyacinthe Rigaud organisent conjointement l’exposition Portraits de reines de France (1630-1665) qui présente onze œuvres rarement exposées et rassemblées par la commissaire Élodie Vaysse, conservateur au châteaude Versailles.
Relativement abondants à Versailles, les portraits de reines sont peu exposés dans les grands
musées de région et quasiment absents dans le Sud ; leur présentation au musée d’art Hyacinthe Rigaud est à ce titre, un évènement.
Au XVIIesi ècle, la reine de France est sans nul doute la femme la plus représentée du royaume.
L’exposition présente les figures d’Anne et de Marie-Thérèse d’Autriche, entre 1630 et 1665 environ, dont les
« règnes » correspondent au moment où la ville ainsi que le Roussillon entrent dans le royaume de France
(1641-1659). Toutes deux espagnoles, elles ont traversé les Pyrénées et sont personnellement liées à l’histoire
du territoire.

 

 

 

CoBrA
Grâce à de judicieuses acquisitions des années 1970 ainsi qu’au dépôt, par la Fondation de France en 2007, des trois cents œuvres de lacollection de Francis Jacques Fabre (1930-2001),

le musée Rigaud dispose d’un fonds représentatif de la peinture des années 1950-1970.

Le nouvel accrochage de la galerie de Lazerme du musée d’art Hyacinthe Rigaud nous permet de vous faire découvrir cet aspect méconnude nos collections contemporaines autour du groupe CoBrA.

CoBrA est un mouvement artistique théorisé entre 1948 et 1951. Acronyme de Copenhague, Bruxelles et
Amsterdam, il est porté par des artistes qui proposent de nouvelles alternatives à l’abstraction géométrique
ou au surréalisme qui dominent alors les tendances parisiennes. Ils inventent un style libre motivé par
l’intime ressenti du plus profond des rêves de l’artiste, les ateliers deviennent des laboratoires collaboratifs
associant poètes et plasticiens. Karel Appel (1921-2006), Jacques Doucet (1924-1994), Pierre Alechinsky,
et, dans leur sillon, Bengt Lindström (1925-2008), en seront des acteurs importants.
Parallèlement le concept d’abstraction lyrique se développe entre tendances européennes et américaines.
L’un des principaux acteurs français en sera Olivier Debré (1920-1999).

 

 

Soutenez-nous