Perpignan se souvient

103 Views

Le jeudi 12 novembre 1942, les premiers éléments motorisés allemands pénètrent dans le département en milieu de matinée.

Après avoir investi l’aérodrome de la Llabanère où les premiers avions allemands ont atterri dans l’après-midi, les motocyclistes et les véhicules de la 7e division blindée traversent le pont Joffre et pénètrent dans le centre-ville de Perpignan vers 13 h 30.

Lieu de commémoration
Samedi 12 novembre de 9h30 à 18h30
Centre départemental de la mémoire
4 Rue de l Académie
Caserne Gallénie
66000 Perpignan
04 68 63 93 87

L’Occupation de la ville, qui allait durer jusqu’au 19 août 1944, commençait.

Historique du service des archives municipales Camille Fourquet
1880-2016

À l’origine, le service des archives, qui s’est constitué au début des années 1880, était situé dans une salle de l’hôtel de ville. En 1935 il fut transféré dans le monument le plus emblématique de Perpignan, le Castillet, où il occupa le premier étage pendant presque un demi-siècle aux côtés de la « Casa Pairal », musée des arts et traditions populaires.

Ce local ne réunissant pas les conditions de conservation adéquates, l’administration communale, en accord avec Jean-Gabriel Gigot, directeur des archives départementales des Pyrénées-Orientales, décida en 1960 de déposer ses archives anciennes (antérieures à la Révolution française) aux archives départementales pour y être conservées. Elles y demeurent toujours.

Avec l’accroissement des versements, les locaux étant devenus trop exigus, le service des archives fut transféré dans un très beau monument de style classique français, l’Ancienne université, en 1981. Il en occupa d’abord le rez-de-chaussée et le premier étage de l’aile sud, avant de grignoter l’espace jusqu’à se répartir dans la totalité, à partir de 1993.

Ces locaux, plus spacieux, mieux équipés, permirent au service de mettre en place une vraie politique d’archivage avec les services de la ville, d’organiser des expositions, des colloques, éditer des publications et de créer un service éducatif, mais aussi accueillir de nombreux fonds d’archives privées (plus de 50 dons et dépôts de particuliers depuis le début des années 1990).

La Ville de Perpignan souhaitant récupérer ce bâtiment dans le cadre d’un grand projet du retour de l’université en centre-ville, les archives ont quitté au mois d’août 2016 l’ancienne université pour le Cloitre des Dominicains. Tous comme leurs prédécesseurs, les édiles actuels ont choisi un monument historique prestigieux pour abriter le patrimoine écrit de leur commune, quelque 3200 ml de documents.

Le 9 décembre 2016, les archives municipales, dédiées à Camille Fourquet, sont inaugurées. La salle de lecture est baptisée Gabriel Vidal.
Les travaux ont été financés par la Ville de Perpignan

Pendant l’Occupation, les résistants se réunissaient, entre autres, aux archives municipales, qui se trouvaient au Castillet. Camille Fouquet, Pernot dans la Résistance, était responsable départemental des Mouvements Unis de la Résistance et il a présidé le comité départemental de la Libération du département. Gabriel Vidal, archiviste de la ville, résistant, membre de Libération Sud, a été fusillé comme otage au Mont Valérien le 2 octobre 1943.


Extrait du plan cadatral 1842 AC place de la Loge, rue Mirabeau, rue de la Cloche d’Or, rue de la Barre, Perpignan

Soutenez-nous