Le château Royal de Collioure accueille l’exposition “Paysages en vie” La Côte Vermeille à travers l’objectif de Pierre Parcé et Léon Parcé

223 Views

Du 14 décembre au au 13 mars 2022

au Château royal de Collioure

Paysages en vie

Forêts méridionales, chapelles romanes à la morphologie de vigneron banyulenc, de taille modeste en comparaison de la cathédrale de hêtres de La Massane, ici on écoute le silence. Le soleil crible de taches l’humus au sol à la manière de mille spots perçant le feuillage. Je viens là deux ou trois fois l’an photographier ; le lieu est habité par des êtres de mythologie, une tenue correcte est exigée.

Discipline de l’observation, la photographie enseigne la contemplation. Technique de reproduction de prime abord, sa science consiste en l’art du cadrage, une forme de tir à l’arc. Fixer l’instant à l’aide d’une flèche pacifique.

À la proposition de Stéphane Vallière du CAUE des Pyrénées-Orientales de présenter une exposition sur les paysages de la Côte Vermeille, j’ai choisi d’écarter la démarche désincarnée d’un magasine touristique, paysages sans défauts sur papier glacé au bleu de ciel polarisé.

Noir & blanc ou couleurs ? Les grands espaces inhabités étouffent une fois reproduits dans le rectangle d’un cadre d’un écran, quelles que soient les tonalités. Pourtant la photographie sait émouvoir quand elle conte le lien des êtres à leur terre ; là où ils sont nés, terre qui les accueillit, qu’ils travaillent, où ils se reposent, où ils reposeront. Aussi je me suis essayé à un récit qui commencerait au sud, s’achèverait à Collioure, raconterait la vie de celles & ceux qui modèlent, sont modelés par ces paysages.

Cerbère. Le cercle des roues semble inspirer une architecture de courbes apaisantes. Le bleu attique du ciel et de la mer apaise la pénibilité du travail que suggèrent des géométries métalliques.

Aux abords de la route qui domine la mer en direction de Banyuls, je découvre de tous récents aménagements, des murettes empreintes du perfectionnisme vigneron de ce terroir, elles forcent l’admiration. Puis j’erre dans l’arrière-pays. Chemin de Walter Benjamin, Querroig, vignes en terrasses, forêts de la Rubira de Pouade.

Travaillant à ce projet en commençant par la consultation de mes archives, dans le choix des paysages illustrant tout particulièrement la vigne j’écartai d’emblée « l’avant – après » que me permettaient les nombreux négatifs que mon grand-père Léon Parcé réalisa dès 1923. Je choisis plutôt des images d’intemporalité car je voulais écarter tout passéisme ce qui n’interdit le constat par les images des erreurs commises dans le domaine paysager. Mais ces documents anciens illustreront par exemple un terroir « d’avant les pistes ». On comprendra à leur lecture la problématique du transport des raisins récoltés, son incidence sur leur type de vinification. Importance de la dimension documentaire de la photographie. Vie et respect d’un terroir, aménagements et expérimentations dans celui-ci, amélioration des vinifications ; ces documents permettent de justes argumentations pour un débat sur l’enracinement et la modernité. Les photographies signées Léon Parcé sont présentées dans la seconde partie de l’exposition.

Mais les êtres se rassemblent dans les villes. À Port-Vendres dans les années soixante l’architecte Muchir dessine une gare maritime dont les photos d’archives illustrent l’empreinte de sa signature inspirée de l’architecture athénienne d’après-guerre.

Collioure se devait d’être célébré par une image latine, la voile des barques historiques de notre mer. Je l’ai célébrée également par une image d’Épiphanie. Revenant d’un voyage hibernal un dimanche de la dite fête, la lune sur la chapelle Saint Vincent luit telle une étoile grâce à la diffraction de l’objectif.

Pour lier les époques j’ai utilisé dans les vues argentiques récentes, un objectif de 1939 au rendu spécifique que les optiques contemporaines ne connaissent pas. Les légendes jouxtant les tirages précisent la date, le lieu du sujet ainsi que les informations techniques de prises de vue et de tirage. Dans le cas des tirages argentiques, ceux-ci sont exécutés par mes soins, de petites dimensions par choix.

Lieu
Château Royal de Collioure
Quai de l’amirauté
66190
COLLIOURE

04 68 82 06 43

Des documents d’aide à la visite sont proposés aux visiteurs soit en format papier soit en version téléchargeable, gratuite, via un QR Code.

L’équipe des guides du Château Royal de Collioure propose des visites commentées du monument

• Durée moyenne de la visite commentée : 1 h

• Tarif : sans supplément sur le tarif d’entrée

• Pour les groupes : sur réservation auprès des guides

Horaires :

Novembre à mars : 10h-17h

Avril à juin : 10h-18h

Juillet-août : 9h30-18h30

Septembre-octobre : 10h-18h

Fermetures annuelles : 1° mai, 15 et 16 août, 25 décembre, 15 jours de fermeture en janvier.

Tarifs :

Plein tarif : 4€

Tarif réduit : 3€ (Pass Découvertes en Pays catalan)

Demi-tarif : 2€ (étudiant, senior≥65 ans, groupe ˃ 15 personnes)

Gratuité : enfant < 12 ans, groupe scolaire Comment venir : En voiture : D 914 – sortie 13 « Collioure par la corniche » ou sortie 14 « Collioure centre ». En bus : Ligne 540 des bus LIO – arrêt Le glacis En train : TER Perpignan – Cerbère – gare de Collioure. En bateau : depuis Argelès-sur-Mer (navette bateau) ou Port-Vendres. Stationnement le plus proche : P4 – parking Le glacis

Soutenez-nous