LA VIE DE GALILÉE d’après Bertolt Brecht au théatre de l’archipel le 24 ET 25 SEPTEMBRE 2020

102 Views

Philippe Torreton retrouve la scène du Grenat avec un de ces grands rôles du répertoire qu’il porte magnifiquement. Après le héros détestable de La résistible ascension d’Arturo Ui, il interprète un autre personnage de Bertolt Brecht : Galilée. Dans une mise en scène enlevée de Claudia Stavisky, le comédien incarne avec passion et sincérité la complexité de l’astronome italien confronté à la religion, à la politique et à ses responsabilités d’homme.

 

Créée en 2019 à La Scala à Paris, mise en scène par la directrice du Théâtre des Célestins, cette version de la pièce de Bertolt Brecht retrouve les échos qu’y avait déjà décelés Antoine Vitez. Un théâtre d’idée donc, mais dans une jubilation permanente en compagnie d’une troupe de onze comédiens pour une quarantaine de rôles. Toute une humanité face à un moment crucial de son histoire qui anéantit les certitudes et les repères faisant sa civilisation. Au centre de cette révolution, Galilée, avec ses doutes, ses certitudes, ses faiblesses et ses contradictions, interprété par un Philippe Torreton d’une grande puissance, à la fois odieux et attachant, admirable, lâche. Décor minimaliste et costumes intemporels permettent au texte de Brecht de trouver ses résonances dans les grands enjeux de notre époque.

Durée 2h35 sans entracte

Tarifs de 14,40 à 36 €

texte Bertolt Brecht
mise en scène Claudia Stavisky
avec Philippe Torreton Galilée
et Gabin Bastard, Frédéric Borie, Alexandre Carrière, Maxime Coggio, Guy-Pierre CouleauMatthias Distefano, Nanou Garcia, Michel Hermon, Benjamin Jungers, Marie Torreton.
scénographie et costumes Lili Kendaka
lumière Franck Thévenon
son Jean-Louis Imbert
création vidéo Michaël Dusautoy

production Célestins – Théâtre de Lyon I Grandlyon, la métropole
avec le soutien du DIESE # Auvergne – Rhône-Alpes – dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne.

texte français Éloi Recoing © L’Arche Éditeur

Soutenez-nous