RESTITUTION des ATELIERS vendredi 08 juin à 12h30 au 7ème étage “Espace Panoramique ” 1h – Entrée libre

CULTURE & PRISON ::

Depuis quatre saisons, l’Archipel a initié un projet artistique et culturel au Centre Pénitentiaire de Perpignan, en collaboration avec l’unité locale d’enseignement du Centre Pénitentiaire de Perpignan et le SPIP. Ce projet fait l’objet d’une convention co-signée par le Directeur interrégional des services pénitentiaires de Toulouse, le SPIP, le Centre Pénitentiaire de Perpignan et la DRAC Occitanie (2014 renouvelée en 2015, 2017 et 2018).

Depuis la saison 2015-16, l’Archipel a sollicité Marie Clavaguera-Pratx, compagnie La Lanterne (Alénya), auteure, metteuse en scène et artiste accompagnée par l’Archipel, pour porter un projet d’ateliers « Écriture et mise en Jeu » avec l’aide d’Agnès Carayol, enseignante.

En 2017-18 avec le SPIP, le Pôle d’éducation et Marie Clavaguera-Pratx, l’Archipel a continué cette étroite collaboration pour mener un nouveau projet culturel : « La comédie du langage ». Pour ces ateliers, l’auteure est secondé par Anne-Juliette Vassort, comédienne de la compagnie La Lanterne.

Le projet a des visées de création artistique, de valorisation des capacités d’expression de soi dans un monde contraignant, de réveil des émotions et de développement d’un nouvel état d’esprit devant l’art, et ce, avec l’appui d’une artiste. Durant 1 mois, près de 15 hommes se sont essayés à l’exercice peu facile de l’écriture de textes pour la scène et de sa mise en jeu. Accompagnés par les deux comédiennes et l’enseignante, les participants sont amenés à travailler l’écriture théâtrale ; celle sur papier et celle sur le plateau.

La thématique abordée dans ces ateliers a été : le langage, ses diversités et le surréalisme.
Les participants ont pu découvrir différents textes, dont celui de Jean Genet Le petit lexique amoureux du théâtre. Ils ont été amenés à réfléchir collectivement sur l’origine de nos vocabulaires respectifs et de leurs significations lointaines. Savez-vous ce qu’est une servante pour un régisseur ? Un parloir fantôme pour un détenu ? Un narvalo ? Une superstition ? “merde” pour un comédien ?
Progressivement, chacun a imaginé des textes, puis les a testé « à haute voix ». Et dans un second temps, les participants ont improvisé et abordé les notions d’espace scénique et de jeu.

Marie Clavaguera-Pratx, qui porte ce projet avec la compagnie La Lanterne depuis 2015 nous parle de son ressenti et de la restitution du projet : “Cette fois-ci plus que les autres c’est la rencontre de deux mondes. Le monde de la détention et du théâtre qui peuvent être, contre toute attente, communs. Le groupe s’est formé très vite et l’enthousiasme de ce vent de liberté, nous amène Anne-Juliette et moi à leur donner de la matière théâtrale qui pourra nourrir leur désir d’évasion poétique. Nous avons listé des mots que nous ne connaissions pas tous, et avons ensuite chercher à les définir… Ces ateliers ont permis de faire place à l’imagination libératrice pour tenter de comprendre ce que nous ne connaissions pas.
Vous pourrez donc assister à la lecture de ces textes qui sont comme un abécédaire inventé par eux, nous.”

En amont de cette restitution à l’Archipel, une lecture sera présentée au Centre Pénitentiaire le 06 juin 2018.

RESTITUTION des ATELIERS à l’ARCHIPEL
vendredi 08 juin | 12h30
7ème étage | Espace Panoramique – 1h – Entrée libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous