Perpignan, sur le fil…au Match d’impro théâtrale

Ce samedi 16 décembre, avait lieu au Centro Espagnol de Perpignan un match d’improvisation opposant Perpignan à Valence. Les deux équipes se connaissent bien puisqu’elles se rencontrent régulièrement en Championnat de France. Le spectacle, de fort bonne qualité, a séduit les nombreux spectateurs présents.

Forte de sa victoire de l’an passé en terre catalane, Valence affichait au début de la rencontre une légitime confiance. De leur côté, les sang et or alignaient une équipe profondément remaniée, incluant plusieurs nouvelles recrues. Est-ce l’effet de l’émulation réciproque entre les comédiens des deux bords, ou des talents catalans qui s’affirment qui nous valurent une match mené à un rythme effréné? Sans doute un peu des deux. D’entrée valence s’attirait les faveurs du public en proposant des improvisations très axées sur le mouvement des personnages, les rebondissements dans les intrigues. Perpignan a eu un peu de mal à trouver ses marques. D’autant que l’arbitre de la rencontre, M. Rossignol, ne laissait passer aucune faute, recadrant systématiquement les joueurs.

Une improvisation chantée, à la façon de Johnny Hallyday, un hommage, voyait deux nouvelles recrues perpignanaises, Sylviane Raison et Jasmine Gonzales-Canal tenir la dragée haute à une valentinoise fort douée dans cet exercice. Pour le reste, les « anciens » Montané, Munoz et Werdenberg, tenaient la baraque en se mettant au diapason de Valence et, même, en les surpassant à plusieurs reprises. Une autre saynètes, improvisée à la façon de Marcel Pagnol, acheva de leur donner confiance, tant le style de l’auteur était respecté. On se serait cru dans un fil en noir et blanc des années quarante.

C’est ainsi que, peu à peu, les catalans mirent leur jeu en place, malgré une ou deux prestations un peu timorées, ils offrirent au public un spectacle où le suspense pour la victoire demeura jusqu’à l’ultime moment de la rencontre. En effet c’est sur la toute dernière improvisation que Perpignan réussi à s’imposer 16 à 11. Il n’ y avait qu’à voir les larges sourires des spectateurs à la sortie, pour comprendre que la soirée était un plein succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous