Monique FRÉMONT au YUCCA: entre force et fragilité

Monique FRÉMONT au YUCCA: entre force et fragilité

Toujours soucieux de présenter des œuvres variées émanant d’artistes de talent mais aux modes d’expression différents, REGARTS66 présente Monique Frémont, artiste connue et reconnue, toujours fidèle à son univers planétaire.
Elle expose de nouvelles œuvres, y compris des petits formats, dans lesquelles nous pouvons retrouver ses mondes lointains parcourus de sphères scintillantes, dans des ciels apaisés ou tempétueux, zébrés d’éclairs dans des perspectives ténébreuses aux tonalités très travaillées.

C’est précisément cette opposition, cette confrontation permanente entre douceur et violence, qui s’avèrent être l’expression d’une complémentarité. Jamais agressive, Monique Frémont nous offre cette vision d’un monde onirique, qui semble appartenir à l’infiniment lointain, à l’inaccessible, et qui pourtant, est proche, puisqu’il appartient à notre subconscient, à notre imaginaire ou à nos rêves.

Ce sont des morceaux de nos rêves que l’on peut retrouver dans ses toiles, tant dans les grands formats que dans les petits qui délimitent plus encore des parcelles de fantasmes.
Son obsession pour cet univers sidéral demeure le fondement de ses œuvres, mais pour autant, elles ne relèvent pas de la méthode, mais du travail peaufiné, dans lesquels les masses de cou- leurs sont délimitées ou fondues, brossées, grattées, à la brosse ou étalées au chiffon. Les huiles prennent du relief dans des camaïeus de couleurs, brun-roux pour la matière, la terre, la force ou la violence et des déclinaisons de bleus pour le calme, l’aérien, le fragile…

Fidèle aussi à sa technique, inspirée du palimpseste -réécrire sur un support dont le premier texte a été gratté, effacé- elle dit souvent qu’elle réécrit sa peinture, non pas évidemment pour refaire la même chose, mais pour aller plus loin dans la représentation fragile des émotions, en tentant de figer sur sa toile des moments éphémères appartenant à l’éternité, à la constance des bouleversements.
A nous de tenter de saisir ces touches, d’interpréter ces empreintes, non pas pour “comprendre” les œuvres de Monique, mais plutôt suivre ses suggestions pour nous en servir de tremplin et ressentir nos propres émotions. Parcourir ces paysages intérieurs et refaire les voyages sidéraux avec notre propre sensibilité.

Du 19 juin au 22 juillet, du mardi au dimanche de 11:00 à 19:00
Restaurant Le Yucca
25 , allée des Chênes •
Parc Ducup •
Perpignan
Réservations: +33 4 68 85 56 54 • contact@le-yucca.com Renseignements: +33 6 08 17 07 82 • dlb.regarts66@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous