“Le vent reprend ses tours” de Sylvie Germain

84 Views

Un titre évoquant la spirale et le tournoiement emprunté au livre de l’ecclésiaste où tout revient mais pas de la même façon.
Un souffle de vie, bien qu’enfoui anime les personnages dans ce superbe roman.

La rencontre d’un petit garçon, Nathan de 9 ans et un saltimbanque des rues avec des échasses, Gavril, 45 ans dans les années 80 qui va lui ouvrir les portes de l’imaginaire à travers la poésie, la musique, dans les rues de Paris.
” Les années Gavril ” comme il dit, une belle échappée pour Nathan, enfant non désiré, en manque affectif et solitaire dont les malentendus familiaux causeront un conflit.
Il le suit dans sa déambulation ponctuée de pauses devant des lieux où étaient apposées des plaques de poètes ayant vécu ici et là, en déclamant des vers “ une ville, ça se lit, ça s’arpente avec son corps, ses sens…“. Des vies écrites, qu’il suffit simplement de regarder.

“Les mots, les idéés, les rêves se recyclent”.

Gavril étreint la vie malgré sa rugosité tout en fuyant toute plaque commémorative qui le rend taciturne. Suite à un accident, le croyant mort Nathan découvre 30 ans plus tard sous un abribus un avis de recherche le concernant.
Il va entreprendre une enquête et restituer le chemin de vie de son ami Roumain, de son origine tzigane qu’il ignorait grâce aux enregistrements d’une assistante sociale.
À travers Gavril c’est l’évocation des guerres, de l’exil, de la déportation mais aussi la voie de la réconciliation. Tout en étant ancrée dans le réel, Sylvie Germain sait relier les vivants et les morts en un fil ténu, extirper du plus profond de soi les réminiscences des enfances malheureuses avec une mélancolie si particulière qu’il en ressort un charme solaire et singulier.
Même des sentiments de haine s’expriment en poésie sous forme de bouquets de fleurs.
Lumineux.
E.L.

Editions: Albin Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous