EXERCICE INONDATION SIMULTANE SUR LES COMMUNES DE CANET EN ROUSSILLON, TORREILLES ET VILELONGUE DE LA SALANQUE

Le mardi 13 mars 2018, les communes de Canet-en-Rousillon, Torreilles et Villelongue-de-la-Salanque ont réalisé, simultanément, un exercice de simulation de leur plan communal de sauvegarde (PCS) sur le thème d’une inondation de la Têt jusqu’à l’Agly.

Sur la base d’un scénario adapté à chaque commune, la simulation s’est déroulée en salle avec une mise en œuvre concrète des actions sur le terrain (évacuation des écoles, mise en place des barrières anti-inondations au droit des digues de Canet-en-Roussillon).

Cet exercice a été animé par le bureau d’études Mayane Environnement mandaté par le syndicat mixte du bassin versant de la Têt (SMBVT), en collaboration avec les trois communes et le service interministériel de défense et de protection civile qui a mobilisé pour cette occasion son centre opérationnel départemental (COD) en Préfecture à Perpignan.

L’objectif principal du PCS est d’apporter aux maires les outils opérationnels d’aide à la décision et à la gestion en temps de crise pour les risques naturels (inondation, séisme, mouvement de terrain, feux de forêts, avalanche, tempête de vent) et technologiques (rupture de barrage et transport de matières dangereuses).
Dans ce cadre, les municipalités accompagnées par le bureau d’étude Mayane Environnement et le SMBVT ont ainsi pu mettre à jour l’organisation communale dans l’éventualité où un phénomène de grande ampleur surviendrait comme l’inondation qu’a connu notre département en 1940 (l’Aiguat).

Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de 13 nouveaux plans communaux de sauvegarde, portée par le syndicat mixte du bassin versant de la têt et soutenue financièrement par l’Europe, l’Etat, la Région et le Département.

Ainsi, entre 2014 et 2018, 60 nouveaux PCS ont été réalisés à l’initiative du SMBVT ce qui porte à 65 le nombre de communes du bassin versant dotées du PCS et 247 184 habitants soit 96% de la population totale du bassin bénéficient de cet outil à l’échelle de la commune.
Par ailleurs, comme la sécurité est l’affaire de tous, les populations de ces communes recevront bientôt dans leur boite aux lettres le Document d’Information Communales sur les Risques Majeurs (DICRIM).
Il informe sur les conduites à tenir en cas de risque majeur afin que chacun devienne acteur de sa propre sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous