discours de Madame la présidente

Madame La Présidente, mes chers Collègues

Permettez moi d’être surprise par tant de mobilisation.

Rappelons-nous que la campagne présidentielle a été l’occasion pour les différents candidats de réaliser un état de la situation de notre pays et chacun d’entre eux n’a eu de cesse de nous préciser la nécessité d’agir en toute urgence afin de sauver la France. Nous avons eu alors une montée en puissance des mesures drastiques à mettre en œuvre afin de redresser la situation. Tous les candidats ont proposé, chacun à leur façon des actions de sauvegarde, restriction de 100 milliards d’euros sur 5 ans ainsi que suppression de 500 000 fonctionnaires pour l’un, restriction à 60 milliards d’euros sur 5 ans ainsi que suppression de 120 000 fonctionnaires pour un autre, revenu mensuel pour chaque individu soit un montant de 480 milliards d’euros à supporter pour un autre encore… Mais voilà l’élection est passée et il en est ainsi dans notre beau pays : avant l’élection on dénonce, on propose, mais dès qu’il s’agit d’appliquer le programme qui a reçu la majorité des voix en toute démocratie, lorsqu’il s’agit de rencontrer les Français, les associations et les organisations syndicales afin de leur expliquer des mesures restrictives, souvent peu populaires, on recule, on renonce. C’est ce qui a été le propre de nos dirigeants durant de nombreuses années, dirigeants de droite ou de gauche, toujours les mêmes renoncements. Aucun d’entre eux n’a accepté de faire cesser ces dépenses opulentes qui ont engendré un déficit colossal. Un déficit dénoncé par tous.
Alors aujourd’hui oui il est temps de réagir, même si les mesures engendrent colère et mécontentement car il est indispensable de réduire cette dette au plus vite.

Bien sûr comme vous et comme bon nombre de nos concitoyens je n’approuve pas toutes les mesures, la fermeture des classes rurales, la réduction identique des aides aux collectivités sans distinction, la réduction de 5 euros des APL entre autres mesures et je n’hésite pas à affirmer mon positionnement cependant oui je pense qu’il est nécessaire d’agir au plus vite pour notre pays et ne serai pas dans une opposition systématique stérile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous