Accouchement, naissance, croissance de l’enfant : LES TROUBLES LOCOMOTEURS EN QUESTION

La Journée internationale des familles du 15 Mai est l’occasion pour l’Association Française de Chiropraxie (AFC) de rappeler l’importance de la santé et du bien-être des enfants. De nombreux chiropracteurs en France organisent une campagne de sensibilisation et d’information : la semaine de la chiropraxie familiale du 14 au 19 Mai. Seront concernés par cette campagne de prévention les femmes enceintes, les jeunes parents, les enfants et les nourrissons. L’accouchement, l’apprentissage des premiers pas et le port du cartable, peuvent engendrer des troubles articulaires et des tensions musculaires, même dès le premier âge de la vie.

Ces dysfonctionnements vertébraux, également causés par de mauvaises positions quotidiennes, sont responsables de gênes et de douleurs, qui peuvent apparaitre des années plus tard. La chiropraxie, médecine manuelle de référence pour les soins du dos et des articulations, est particulièrement indiquée dans le traitement et la prévention des dysfonctionnements de l’appareil locomoteur (ou troubles musculo-squelettiques) et de leurs conséquences chez la femme enceinte, le nouveau-né, la jeune maman et l’enfant. Les chiropracteurs ont vocation à collaborer avec des professionnels de santé, notamment des pédiatres.

ACTUALITÉ : LA SEMAINE DE LA CHIROPRAXIE FAMILIALE DU 14 AU 19 MAI 2018 A cette occasion, parents et enfants pourront bénéficier d’un bilan vertébral offert par les chiropracteurs. Cette semaine a pour objectif d’informer et conseiller sur les troubles de la colonne vertébrale, mais aussi sensibiliser à la nécessité d’une bonne hygiène vertébrale. Les chiropracteurs pourront établir un bilan vertébral personnalisé, délivrer des conseils adaptés d’hygiène vertébrale et diététique et expliquer la chiropraxie en pédiatrie. Ils peuvent, par exemple, prévenir les scolioses, répandues chez les enfants et aggravées à cause du poids des cartables, mais aussi déceler une éventuelle déformation du crâne, phénomène en augmentation.

Accompagner en douceur la future maman durant la grossesse Au cours du 1er trimestre de grossesse, le corps considère le fœtus comme un corps étranger et la future maman peut souffrir de maux divers tels que nausées, maux de tête, vertiges, angoisses et fatigue. Les ajustements chiropratiques permettent au corps de s’adapter aux bouleversements, et à la femme enceinte de mieux vivre la grossesse. De plus, la grossesse est une période éprouvante pour le dos et les articulations. La femme enceinte subit de nombreux changements structurels, physiologiques et émotionnels qui ne sont pas sans conséquences. Sa physiologie se modifie pour préparer son corps à l’accouchement. Ce changement peut engendrer des désagréments et des douleurs cervicales, dorsales et articulaires localisées. La chiropraxie permet de prévenir et de soulager ces inconforts naturellement.

Parmi ces modifications physiologiques : • Une prise de poids assez soudaine et le développement naturel du fœtus qui accentue la lordose lombaire et engendre un déplacement en avant du centre de gravité.

Une hyperélasticité articulaire pouvant causer une instabilité des articulations sacro-iliaque et lombosacrée. En effet, l’augmentation de la production d’une hormone, la relaxine, entraîne un accroissement de l’élasticité des articulations, notamment au niveau du bassin pour s’adapter au développement du bébé et faciliter l’accouchement. • Des dysfonctionnements de l’appareil locomoteur (appelés subluxations) et des tensions musculaires, engendrés ou aggravés par la grossesse. 2 Les neuf mois de grossesse peuvent donc être générateurs de tensions pour la colonne vertébrale et le système nerveux central de la future maman.

Le fœtus est, lui aussi, soumis à ces tensions : son cerveau est réceptif au monde extérieur et son système nerveux subit les influences changeantes venant de l’état de la mère pendant sa grossesse. Ainsi, le bon développement du fœtus est directement lié à l’état de santé de la mère, tant physique que psychologique. La prise en charge chiropratique est conseillée à partir du 6ème mois. Elle permet de réaligner plus facilement le bassin dès le début de la grossesse et augmente la cage thoracique de la future maman. Cette augmentation permet de réguler les éventuels reflux gastro œsophagiens et les douleurs intercostales. La chiropraxie contribue également à réduire les sensations de lourdeurs et de douleurs au niveau du bas ventre. La chiropraxie pour préparer l’accouchement La chiropraxie permet à la maman d’offrir au nourrisson la naissance la plus confortable possible. En effet, par des ajustements doux et réguliers, le protocole de soins spécifiques et adaptés contribue à une bonne souplesse vertébrale et pelvienne lors de l’engagement du bébé dans le petit bassin.

Le traitement chiropratique agit sur l’alignement du bassin et la mobilité articulaire favorisant ainsi le bien-être de la future maman. Les manipulations exercées par le chiropracteur peuvent aussi contribuer à la bonne position du fœtus dans l’utérus et, de ce fait, faciliter l’accouchement. La santé du nouveau-né puis du petit enfant va dépendre en partie du déroulement de l’accouchement. A noter : une étude1 menée sur 169 femmes enceintes a souligné que la chiropraxie pouvait, en complément de soins obstétricaux classiques (exercices, applications de chaleur…), aider à soulager les lombalgies et les douleurs pelviennes ressenties pendant la grossesse. Au cours de la prise en charge globale, le chiropracteur délivre des conseils de posture, peut préconiser une activité physique douce comme le yoga et donne des recommandations de nutrition. Dans une période où la prise de médicaments doit être envisagée avec la plus grande prudence, la chiropraxie permet de lutter efficacement et naturellement contre la douleur et en douceur. Au moment de l’accouchement, elle agit favorablement sur la durée de travail. Si le bébé se présente par le siège, la technique Webster est une technique chiropratique indolore et non invasive, pouvant favoriser le basculement spontané du fœtus.
Après la naissance, certaines douleurs peuvent perdurer suite à l’accouchement et aux changements hormonaux liés à l’allaitement ou aux mauvaises postures. Le chiropracteur va corriger les dysfonctionnements de l’appareil locomoteur liés à la grossesse, prévenant ainsi les douleurs susceptibles de persister. L’arrivée du nouveau-né La naissance, événement magique et fort en émotion, peut être parfois traumatisant pour le bébé. Lors de l’accouchement, par voie naturelle ou par césarienne, le nourrisson subit des contraintes utérines et externes qui sont susceptibles d’entraîner des dysfonctionnements de l’appareil locomoteur, pouvant nuire au bien-être et à la santé du nouveau-né, puis du petit enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez-nous